Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

LM-4  renault  03  5  02  

Derniers sujets
» Bien le bonjour à tous les passionné(e)s
Mar 20 Juin - 11:50 par 57Atalante

» Paul ROSCHE
Sam 7 Jan - 10:51 par Admin

» Histoire de soupapes...
Sam 7 Jan - 10:38 par Admin

» Guy Negre
Sam 7 Jan - 10:16 par Admin

» Bonjour à vous
Lun 8 Aoû - 17:49 par Admin

» Chris Amon
Ven 5 Aoû - 14:43 par michel lovaty

» Porsche
Ven 5 Aoû - 11:39 par chris72

» Le Quizz
Lun 25 Avr - 9:23 par CMTARGA

» Team T2r Compétition (France)
Dim 10 Avr - 9:39 par RAMIREZ

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


Mark Webber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mark Webber

Message par scuderia57 le Sam 28 Fév - 18:46

Mark Alan Webber, né le 27 août 1976 à Queanbeyan en Australie, est un pilote automobile australien qui a disputé le championnat du monde de Formule 1 de la saison 2002 à la saison 2013. Il se consacre désormais à l'endurance avec Porsche.


Après avoir débuté sur deux roues, Mark Webber débute en karting en 1991. En 1994, à 18 ans, il dispute le championnat d'Australie de Formule Ford et ses bons résultats lui permettent de faire le grand saut vers l'Angleterre. En 1996, pour sa deuxième saison, il termine deuxième du championnat britannique de Formule Ford et remporte le Formula Ford Festival de Brands Hatch, sorte de Coupe du monde officieuse de la spécialité. En 1997, Webber accède au réputé championnat britannique de Formule 3. Malgré de bons résultats, il se retrouve rapidement confronté au manque de budget. Au cours de l'été, il est sur le point de devoir mettre un terme à sa carrière lorsqu'il reçoit une aide financière providentielle de David Campese, la légende du rugby australien. Cette aide lui permet de finir à la quatrième place du classement général et d'être repéré par Mercedes qui en fait l'un de ses pilotes officiels en championnat FIA GT pour la saison 1998.

Associé à Bernd Schneider, Webber remporte 5 courses mais s'incline au championnat derrière l'autre duo Mercedes, constitué de Klaus Ludwig et de Ricardo Zonta. En 1999, Mercedes se retire du championnat FIA GT pour concentrer ses efforts sur les 24 Heures du Mans. La participation de Webber au Mans manque de se conclure en drame : suite à un défaut aérodynamique, sa Mercedes part dans une série de loopings à deux reprises, lors des essais puis lors du warm-up du samedi matin (durant la course, le pilote écossais Peter Dumbreck connaît la même mésaventure sur une autre voiture de la marque). Webber s'en sort à chaque fois sans la moindre blessure.
Refroidi par son expérience au Mans, Webber décide de retrouver la monoplace. En 2000, il est recruté par l'écurie de Formule 3000 Eurobet Arrows, considérée comme l'équipe junior de l'écurie de F1 Arrows, dirigée par son compatriote Paul Stoddart. Compte tenu des liens entre Eurobet Arrows et Arrows F1, il effectue également ses premiers tours en Formule 1 en tant que pilote essayeur. Troisième du classement final pour sa première saison dans la discipline, Mark Webber apparaît comme la révélation du championnat et devient pilote essayeur pour Benetton Formula à la fin de l'année. Cette position n'est pas remise en cause lorsque, quelques mois plus tard, Renault rachète Benetton. Flavio Briatore le prend même sous son aile en lui faisant signer un contrat de management à long terme. Parallèlement, il dispute une deuxième saison de F3000 pour le compte de l'écurie Super Nova. Bien que favori du championnat, Webber déçoit en commettant plusieurs erreurs de pilotage qui lui coutent le titre, au bénéfice du Britannique Justin Wilson.

En 2002, Flavio Briatore finance l'accession de Webber en Formule 1 en le plaçant dans la petite écurie Scuderia Minardi de Paul Stoddart. Il se met en évidence dès son premier Grand Prix, à domicile, à Melbourne. Mettant à profit un carambolage général au départ qui élimine le gros du peloton, il termine à la cinquième place après avoir résisté en fin de course aux attaques de Mika Salo sur sa Toyota plus performante. Pour saluer cet exploit, les organisateurs de l'épreuve font une entorse au protocole en permettant à Webber et Stoddart de célébrer leur performance sur le podium après la cérémonie officielle. S'il n'est pas en mesure de renouveler cette performance tout au long de la saison, Webber impressionne et s'affirme comme la révélation de l'année.

En 2003, il quitte Minardi pour rejoindre l'écurie britannique Jaguar Racing où il confirme son potentiel en multipliant les coups d'éclat en qualification et en dominant largement ses coéquipiers Antônio Pizzonia puis Justin Wilson. Toutefois, ses performances en essais sont rarement suivies de belles courses et il termine dixième du championnat avec dix-sept points.
En 2004, Webber termine treizième du championnat avec sept points, son meilleur classement en course étant une sixième place à Hockenheim. Il réussit à se qualifier en première ligne en Malaisie, avant d'abandonner sur sortie de piste.



Pour 2005, il est recruté par l'écurie Williams-BMW. Il déçoit en montrant à nouveau un décalage entre ses performances en essais et ses courses émaillées d'incidents et d'erreurs (il se qualifie douze fois et termine dix fois dans les dix premiers). Il parvient tout de même à finir sur le podium à Monaco. Il termine la saison 2005 à la dixième place avec trente-six points.
Toujours chez Williams en 2006, Webber se montre sous un meilleur jour mais, du manque de fiabilité de sa monture, ne parvient pas à concrétiser. L'exemple le plus frustrant est la manche monégasque : qualifié deuxième, il abandonne au quarante-huitième tour alors qu'il était en troisième position. Il ne terminera que quatorzième avec seulement sept points.


En 2007, il rejoint David Coulthard et l'écurie Red Bull Racing, une équipe qu'il connaît en partie car issue du rachat de l'ancienne équipe Jaguar. Au Grand Prix du Japon, il est accroché par Sebastian Vettel alors qu'il était second et pouvait prétendre à la victoire. Sa saison 2007 est également marquée par un surprenant podium en Europe, après une lutte avec Alexander Wurz dont il finit vainqueur. Il termine douzième avec 10 points, mais derrière son coéquipier.


En 2008, il ne monte pas une fois sur le podium, sa quatrième place monégasque étant son meilleur résultat, ne mène pas un seul tour et abandonne à trois reprises. Il termine la saison à la onzième place avec 21 points, et devance cette fois-ci son coéquipier Coulthard dont c'est la dernière saison. À l'inter-saison 2008-2009, il est victime d'un accident de vélo lors d'une course caritative qu'il organise dans son pays : accroché par une voiture, il subit une fracture à une jambe qui lui vaut la pose d'une broche. Bien que remis sur pied pour le début de la saison 2009, son programme d'essais d'inter-saison a été complètement annulé et c'est avec crainte qu'il entame la saison 2009. Son premier enfant, Isaac, naît en 2008.
Dès le début de saison, il ne montre aucune séquelle de son accident et tire rapidement parti de sa Red Bull, l'une des meilleures interprétations du nouveau règlement technique qui bouleverse la hiérarchie de la Formule 1 en 2009. Au volant d'une voiture performante, il fait jeu égal avec son nouvel équipier Sebastian Vettel et se qualifie régulièrement en haut de grille, ce qui lui permet d'effectuer de belles courses et d'atteindre plusieurs fois le podium. Lors du Grand Prix d'Allemagne au Nürburgring, après s'être élancé de la pole position pour la première fois de sa carrière, Webber remporte sa première victoire après 130 départs. Après un autre podium en Hongrie, il pointe au deuxième rang du championnat du monde, à 18,5 points du leader Jenson Button. Après cinq courses vierges de points, il remporte la manche brésilienne à Interlagos puis finit deuxième à Abou Dabi, terminant quatrième du championnat avec 69,5 points.
2010, toujours chez Red Bull, est la meilleure saison de Webber puisqu'il signe cinq pole positions (Sepang, Barcelone, Monaco, Istanbul et Belgique) et s'impose à quatre reprises (Barcelone, Monaco, Silverstone, Hungaroring). Lors du Grand Prix d'Europe à Valence, Webber est victime d'un violent accident : sa monoplace décolle sur la Lotus d'Heikki Kovalainen, se retourne dans les airs, arrachant au passage un panneau publicitaire, avant d'atterrir sur son arceau de sécurité et de finir sa course dans un mur de pneus. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, il s'élance en deuxième position et s'impose. Au Grand Prix d'Allemagne, il se qualifie en quatrième position et finit la course à la sixième place. Une semaine plus tard en Hongrie, Webber part en deuxième position sur la grille, remporte la course et reprend la tête du championnat du monde. En Belgique, Webber se qualifie pour la cinquième et dernière fois de la saison en pole position et rate son départ à cause de problèmes d'embrayage, mais termine la course en seconde position, ce qui permet à Lewis Hamilton de lui ravir la tête du championnat. Lors du Grand Prix d'Italie, une sixième place sur la ligne d'arrivée, après être parti quatrième, lui permet de reprendre la tête du championnat devant Hamilton qui a abandonné.


À Singapour il s'accroche avec Hamilton qui abandonne, continue la course et reste en tête du championnat grâce à sa troisième place. Peu avant le Grand Prix du Japon, Mark Webber, ainsi qu'il le révèle dans son livre Up Front paru fin novembre, tombe en VTT et se fracture légèrement l'épaule. Seuls le médecin de la FIA et son préparateur physique sont prévenus. À Suzuka, sous cortisone pour atténuer sa douleur à l'épaule, il se classe second derrière son coéquipier et arrive au Grand Prix de Corée du sud en tant que leader du championnat du monde. La course, bouleversée par des fortes pluies et plusieurs interruptions, ne lui est pas favorable puisqu'il sort de la piste et abandonne tandis qu'Alonso, victorieux, prend la tête du championnat. À Interlagos, il termine second derrière Vettel mais Alonso, troisième, conserve la tête du championnat. Red Bull Racing est sacrée champion du monde des constructeurs grâce au doublé de ses pilotes. À la veille du dernier Grand Prix, à Abou Dabi, Webber est second du championnat à huit points d'Alonso (246 à 238). L'Australien doit donc s'imposer et espérer qu'Alonso ne fasse pas mieux que troisième. Mais il ne se qualifie qu'en cinquième position, derrière ses rivaux pour le titre. Après son ravitaillement, très tôt en course, il se retrouve, tout comme Alonso, dans l'impossibilité de dépasser Vitaly Petrov. Webber se classe huitième quand Vettel gagne la course et est sacré champion du monde. Mark termine la saison à la troisième place du championnat avec 242 points.
Pour la manche inaugurale de la saison 2011, Webber se qualifie troisième et termine cinquième. Lors des qualifications du Grand Prix de Chine, il est éliminé dès la première partie des qualifications. Parti dix-huitième, il termine troisième et monte sur son premier podium de la saison. En Turquie, il part et termine deuxième, derrière son coéquipier. Il signe sa première pole position de la saison à Barcelone et termine quatrième. À Silverstone et au Nürburgring, il part à nouveau en pole position et termine troisième à chaque fois. À Monza, il abandonne pour la première fois de la saison. Ses espoirs d'être champion du monde s'arrêtent définitivement à Singapour quand Vettel s'impose pour la neuvième fois alors qu'il n'est que troisième. À une course de la fin de la saison, il pointe à 22 points de Jenson Button, le vice-champion du monde provisoire. Webber remporte sa seule victoire de l'année lors de l'ultime Grand Prix, au Brésil, où il dépasse son coéquipier Vettel, victime d'un problème de boîte de vitesses. Grâce à cette victoire, Webber se classe troisième du championnat du monde en 2011.
Pour la manche inaugurale de la saison 2012, Webber se qualifie cinquième puis termine quatrième. En Malaisie puis en Chine, il termine à nouveau quatrième et devance son coéquipier Vettel. À Bahreïn, il finit une nouvelle fois quatrième et pointe à la troisième place du championnat du monde avec 48 points à cinq points du leader Sebastian Vettel. À Monaco, il hérite de la pole position après la rétrogradation de Michael Schumacher et remporte sa seconde victoire dans les rues de la principauté. Il finit ensuite septième au Canada et termine quatrième à Valence après s'être élancé de la dix-neuvième place à cause d'un problème de DRS durant les qualifications. Deux semaines plus tard, il remporte le Grand Prix de Grande-Bretagne et occupe la deuxième place du championnat, à 13 points de Fernando Alonso.
En 2013, les conflits avec son coéquipier deviennent de plus en plus intenses. Le point d'orgue se passe lors du Grand Prix de Malaisie, course durant laquelle Vettel le dépasse pour gagner la course, ignorant les consignes de l'écurie. Le 27 juin 2013, il signe un contrat avec Porsche qui compte revenir en catégorie LMP1 en Endurance. Il se classe troisième du championnat du monde avec 199 points, derrière Fernando Alonso (242 points) et son coéquipier Sebastian Vettel (397 points).
avatar
scuderia57
Expert
Expert

Messages : 2135
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 61
Localisation : Monaco

Voir le profil de l'utilisateur http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum