Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

5  02  LM-4  03  renault  

Derniers sujets
» Bien le bonjour à tous les passionné(e)s
Mar 20 Juin - 11:50 par 57Atalante

» Paul ROSCHE
Sam 7 Jan - 10:51 par Admin

» Histoire de soupapes...
Sam 7 Jan - 10:38 par Admin

» Guy Negre
Sam 7 Jan - 10:16 par Admin

» Bonjour à vous
Lun 8 Aoû - 17:49 par Admin

» Chris Amon
Ven 5 Aoû - 14:43 par michel lovaty

» Porsche
Ven 5 Aoû - 11:39 par chris72

» Le Quizz
Lun 25 Avr - 9:23 par CMTARGA

» Team T2r Compétition (France)
Dim 10 Avr - 9:39 par RAMIREZ

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


André Simon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

André Simon

Message par scuderia57 le Dim 22 Fév - 20:08

André Simon (né le 5 janvier 1920 à Paris, mort le 11 juillet 2012 à Évian-les-Bains) est un pilote de voiture de course français. Il a participé à de multiples épreuves dans plusieurs catégories. Il a couru en Formule 1 (de 1951 à 1957), en Formule 2, en Endurance, en Grand Tourisme ainsi qu’en Rallye. Il a notamment remporté le Tour de France automobile 1962, sur Ferrari.


André Simon débute en course automobile à Montlhéry en avril 1948. Bien qu'âgé de 28 ans et s'estimant trop vieux, l'opportunité de briller devant le gratin des pilotes français sur l'anneau était trop forte. Pour sa première course, il pilote une Talbot « Pagnibon » prêtée par Pierre Boncompagni, contre un chèque de caution et l'interdiction de casser la voiture. Signant la pole position, le temps Simon est contesté par les autres participants à la course mais les officiels valident le temps. Le lendemain, il décroche la victoire.
Peu de temps après, au Grand Prix de Comminges, André Simon pilote une Delahaye 155 V12 4.5L F1 prêtée par Charles Pozzi. La voiture est en kit et Simon doit la monter pour participer à la course. Il termine septième malgré un problème de bougies.

Après ses débuts convaincants, Andrée Simon est sollicité par Amédée Gordini pour composer l'équipe des « Mousquetaires » avec Robert Manzon, Maurice Trintignant et Jean Behra. Au volant dune Gordini–Simca 1500, il termine second du Grand Prix d'Allemagne au Nürburgring, après un duel avec Alberto Ascari, au volant d'une puissante Ferrari V12. Simon, à cause du manque de puissance de sa voiture, n'a jamais été en mesure de dépasser Ascari. Alfred Neubauer remarque alors le talent du français et l'inscrit dans son carnet pour l'avenir.
Le manque de puissance et de fiabilité des Gordini n'ont jamais permis à André Simon de briller en piste. Fin 1951, le pilote parisien quitte la formation tricolore pour Ferrari.

Avec l'apparition des Formule 2 à moteur 2 litres, André Simon signe un contrat avec Enzo Ferrari pour devenir quatrième pilote de la Scuderia, aux côtés de Giuseppe Farina, Alberto Ascari et Luigi Villoresi. Le pilote doit par contrat céder sa voiture à ses leaders italiens en cas de problèmes sur leurs machines. En partageant sa voiture, Simon gagne deux Grands Prix avec Ascari (GP de Comminges) et avec Farina (GP de Paris). L'année 1953 est plus sombre pour Simon qui, blessé, ne revient que l'année suivante avec Gordini.


La Formule 1 passe à une motorisation 2,5 litres et Gordini présente une monoplace performante et compétitive. Le manque de fiabilité reste un problème et Simon, résigné et malgré l'amitié que lui porte Amédée Gordini depuis ses débuts, quitte l'équipe française pour Maserati.

Au volant de la Maserati 250F, Simon termine sixième du Grand Prix de Pau, gagne à Albi et abandonne à Bordeaux. Lors du Grand Prix de Monaco, André Simon est engagé par Mercedes-Benz et Alfred Neubauer, pour être l'équipier de Juan Manuel Fangio et Stirling Moss, en remplacement de Hans Hermann, blessé lors des essais. Le pilote français est aussi présent lors du terrible épisode des 24 heures du Mans avec Mercedes la même année.

André Simon réalise beaucoup de tests pour le compte de la marque allemande, aux côtés de Stirling Moss et les deux hommes nouent une amitié profonde.

De retour chez Maserati après le retrait de Mercedes-Benz à la fin de l'année 1955, André Simon retrouve la 250F. Un projet de création d'une équipe de Formule 1 française avec ses Maserati est envisagé avec Jean Behra, sans succès. Les courses d'endurance deviendront sa nouvelle carrière.

Pour le compte de Maserati, Simon est le premier avec Maurice Trintignant, à dépasser les 300 km/h sur la ligne droite des Hunaudières avec la Tipo 151, lors des 24 Heures du Mans 1962. Il pilote aussi sur Ferrari, pour des équipes privées. Sa dernière course est les 1000 km du Nürburgring 1965 au volant d’une Ford Cobra Daytona, partagée avec Jo Schlesser.
À 45 ans, Simon est déçu de cette course et de cette voiture et termine sa carrière après un résultat anonyme. Il devait participer aux 24 heures du Mans sur une Ford GT40 avec Mario Andretti la même année mais ne revient pas sur sa décision d'arrêter sa carrière.



Il a participé à quatre-vingts épreuves sur circuit. À vingt-deux occasions, il termine sur le podium.
Voici la liste des courses qu'il termina à la cinquième place ou mieux.
avatar
scuderia57
Expert
Expert

Messages : 2135
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 61
Localisation : Monaco

Voir le profil de l'utilisateur http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum